Nietzsche, par delà le bien et le mal – “le gai savoir”

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=M6ahAfb-7Jw

« La vérité est femme. Parce que la vérité est volage, elle change […]

Si la vérité est femme, la femme n’est pas vérité, alors la vérité n’est pas vérité, la vérité est plus mensongère que le mensonge […] la vérité est la femme, mais la femme n’est que mensonge, alors la vérité est elle même mensonge […] si la vérité est femme, la vérité est hors d’atteinte. […] ou plutôt, elle se dérobe quand on croit la saisir. Il y a donc un rapport de tantale de l’homme à la vérité. […] La vérité est bien souvent présentée par les philosophes comme quelque chose qui n’est pas susceptible d’être atteint

Critique implicite chez Nietzsche du désir que nous avons d’accéder à la vérité. C’est le désir que nous avons d’y accéder qui la met hors de notre portée.

La perspective ouverte quand on met en miroir cette analogie liminaire de par de là le bien et le mal, et un chapitre de Zarathoustra «  des femmelettes jeunes et vieilles ».

[…] L’homme aura beau être le plus objectif possible, s’étendre au maximum de sa connaissance l’objet qu’il en retire ne sera que sa propre biographie

[…] Toute fiction est aveu et toute autobiographie est masque, on ne peut parler que de soi.[…]

Maïeuticien qui veut donner le jour à un enfant viable, cet enfant viable est celui d’une pensée vive

La pensée viable pour Nietzsche est la petite vérité, la pensée légère.

Ce dont est enceint Zarathoustra est une vérité périssable donc une vérité vivante

[…]

Chez la femme tout est une énigme mais il y a un mot à cette énigme : « grossesse » il s’agit de la grossesse de la maïeutique. La femme est grosse des petites vérités. la femme est le chemin du surhumain. Elle donne le jour à ce qu’elle n’est pas elle même. La femme est l’être socratique par excellence, elle permet de donner le jour, la femme est sage femme. La femme détient la vérité, l’homme est enfant, la femme est philosophe, maïeuticienne, l’âme de la femme est surface.

Quand on est superficiel c’est par profondeur, il y a 3 façons de voir la couche d’eau mobile et orageuse sur le bas fond 1 le résidu , 2 témoignage des bas fonds, 3 l’aboutissement chez n d’une quête des profondeurs, débouche à une superficialité

la femme en étant superficielle accède à une profondeur bien plus superficielle à celui qui croit qu’il suffit de creuser un peu pour être profond »

Leave a Reply